Rénovation patrimoniale à Trévoux

Dossier

Le 13 Mars 2018

Dans le cadre de son projet de réhabilitation à Trévoux, Arioste a tout mis en œuvre pour préserver la richesse du patrimoine historique de cette ville.

 

C

La ville de Trévoux, en bordure de Saône, présente un patrimoine architectural qui s’est particulièrement enrichi et a été bien préservé au fil des siècles. Arioste a mis son savoir-faire au service de la réhabilitation de différents bâtiments bénéficiant d’une réelle valeur historique.

 

Trévoux, un trésor d’Histoire

Ancienne capitale de la Principauté de Dombes, située à 25 km de Lyon, Trévoux recèle une variété de richesses patrimoniales datant de différentes époques. Elle dispose d’une situation géographique particulière, à la frontière entre le Royaume de France et l’Empire, qui en a fait une position stratégique au cours de l’Histoire.

La ville était autrefois entourée d’un mur d’enceinte percé de 4 portes, dont les ruines sont encore visibles aujourd’hui. Son bourg médiéval recèle de nombreuses structures architecturales à plusieurs étages, imposées par la dénivellation du terrain sur lequel se dresse la ville.

L’ancien château fort de Trévoux, classé monument historique en 1822, révèle des influences byzantines par la structure et la polychromie de sa tour principale, alternant des assises de pierres blanches et dorées.

c

Trois bâtiments à l’héritage commun

Une rénovation patrimoniale désigne un projet de rénovation concernant un bâtiment classé au patrimoine historique, ou revêtant un intérêt historique et patrimonial pour la commune.

Ce type de rénovation fait l’objet d’une expertise particulière, puisqu’elle implique une étude approfondie du passé architectural du bâtiment et de ses éléments patrimoniaux afin d’assurer une parfaite préservation de ces derniers.

Le projet de requalification mené par Arioste concerne un ensemble de trois bâtiments situés au cœur de la ville et partageant une histoire commune : les 16 et 18 rue du Port, ainsi que le 2 place du Pont.

Située en bordure de Saône, à l’entrée de la ville, la bâtisse constituait vraisemblablement l’une des plus anciennes auberges de Trévoux. Le 18, rue du Port était autrefois indissocié du 2, place du Pont, les deux ensembles ne constituant qu’une seule et même propriété. Un escalier à vis séparait cependant le bien en deux parties ; celui-ci a permis de dater la première construction du bâtiment aux environs du XVIIe siècle.

Côté place du Pont, l’ensemble d’immeubles est mitoyen avec la médiathèque contemporaine construite en 2013, dont la façade vitrée fait la jonction avec celle de l’Hôtel. Si la façade de la maison est datée du XIXe siècle, certains éléments intérieurs remontent au XVe siècle.

C

La maison Pâtissier située au 16, rue du Port s’inscrit quant à elle dans un ensemble bâti du XVIe siècle. Cette maison urbaine a connu plusieurs modifications au fil des siècles. Elle prend comme nom le Lyon d’or, l’Hôtel de l’Europe ou encore l’Hôtel du Sauvage. Le bâtiment comprend une cour intérieure, aujourd’hui couverte d’une dalle en verre permettant l’aménagement d’une terrasse au premier étage. Les deux bâtiments sont entièrement distincts, l’escalier principal constituant le seul lien entre les deux ensembles.

Initialement, le projet de rénovation impliquait la requalification la place du Pont, notamment via la construction d’un espace culturel. Arioste a pris en charge ce projet avec l’objectif de réhabiliter les immeubles tout en préservant leur incroyable richesse architecturale.

c

Un projet technique et ambitieux

Pour ce projet de rénovation ambitieux, Arioste s’est entourée de spécialistes. Le promoteur a naturellement travaillé main dans la main avec un architecte des Bâtiments de France, afin d’imaginer les solutions les plus intelligentes pour préserver le patrimoine des bâtiments.

C’est également dans cette optique que Eric Hafliger, tailleur de pierre spécialiste des monuments historiques, a été sollicité. Avec son équipe, il travaille depuis maintenant plus de 8 mois sur ce projet et prend soin, notamment, des voûtes à croisée d’ogives présentes dans un des bâtiments, et qui forment une structure intérieure impressionnante. Les ouvertures et les escaliers des différentes constructions sont autant de postes de gros-œuvre qui occupent également M. Hafliger. Lui et son équipe interviendront aussi en fin de chantier, pour les travaux d’encadrement, la pose d’enduit et de badigeon.

c

C

Ce chantier particulièrement technique implique un travail en sous-œuvre particulièrement délicat : « Nous avons dû démonter entièrement les voûtes qui portaient sur les deux murs du couloir, car l’un d’entre eux s’était affaissé, les claveaux avaient glissé, l’ensemble était complètement déstructuré », précise M. Hafliger. « Nous avons donc pris le parti, en concertation avec Arioste, de tout coffrer, tout démonter pour tout remettre en place dans un second temps. »

Un travail d’orfèvre pour un enjeu de taille : rénover et adapter la construction, tout en préservant ce patrimoine historique particulièrement riche et diversifié.

Cette rénovation d’envergure témoigne une nouvelle fois du savoir-faire d’Arioste dans la réhabilitation de structures anciennes possédant une réelle valeur patrimoniale.

Découvrez également un autre projet de rénovation patrimoniale : la Poste de Belleville-sur-Saône.